Les dernières actualités






Revue de presse
04/02/2016
Retour sur le Grand Prix Inserm 2015
    Afficher le PDF

Un article du N°29 de 'Sciences et Santé' est consacré au Grand Prix Inserm de Piervi.




Revue de presse
04/02/2016
Aline Desmedt dans 'Sciences et Santé'
    Afficher le PDF

Pour les survivants et les témoins des attaques terroristes qui ont frappé
Paris le 13 novembre 2015, il existe un risque de développer des séquelles
psychologiques, et notamment un trouble de stress post-traumatique.
Certains sont-ils plus à risque que d’autres ? Quels marqueurs permettent
très tôt de les identifier, et ainsi de mieux les prendre en charge ?
Quel est l'avis d'Aline Desmedt ?




Revue de presse
16/01/2016
Existe-t-il une vulnérabilité individuelle face à l'addiction ? - PierVi sur BFM Business







Cocaine taking behavior: CB1 receptors in Glu and GABA neurons don’t play the same role.

The endocannabinoid system acts on brain regions involved in reinforcement and addiction to drugs of abuse such as cocaine. The CB1 receptor is the main component of the endocannabinoid system and plays a key role in these processes. So far, however, CB1 receptors have been globally targeted, independent of their localization on specific neuronal populations, including glutamatergic or GABAergic neurons, generating controversial and potentially biased results. Here we demonstrate that the control exercised by CB1 receptors over cocaine taking behavior is differential depending on their localization in glutamatergic or GABAergic neurons. Thus, CB1 receptors in glutamatergic neurons control associative learning through which environmental stimuli gain control over drug seeking while CB1 receptors located on GABAergic neurons control the sensitivity to the primary rewarding effects of the drug.

Differential Control of Cocaine Self-Administration by GABAergic and Glutamatergic CB1 Cannabinoid Receptors.
Martín-García E, Bourgoin L, Cathala A, Kasanetz F, Mondesir M, Gutiérrez-Rodriguez A, Reguero L, Fiancette JF, Grandes P, Spampinato U, Maldonado R, Piazza PV, Marsicano G, Deroche-Gamonet V.  Neuropsychopharmacology. 2015 Nov 27. doi: 10.1038/npp.2015.351. 






L’Italie, bien sûr : cet accent coloré, ce goût du rire, cette élégance de l’habit et de l’esprit… Mais aussi la Sicile, terre volcanique et stratégique, de sécession parfois. De son île natale, Pier Vincenzo Piazza a hérité une allure et un tempérament. Il y mêle une touche personnelle, faite d’exigence intellectuelle et d’opiniâtreté. « Pier Vincenzo Piazza a l’allure du Sud et la rigueur du Nord », résume le professeur Amine Benyamina, psychiatre, responsable du Centre d’addictologie de l’hôpital Paul-Brousse à Villejuif (Val-de-Marne).

Mardi 8 décembre, le professeur Piazza, 54 ans, recevait le Grand Prix Inserm 2015 « pour l’ensemble de ses recherches sur les mécanismes physiopathologiques des maladies psychiatriques ». Le 24 novembre, l’Académie des sciences l’honorait du prix Lamonica de neurologie.

C’est dans la voie des addictions, et des raisons pour lesquelles certains y sont plus vulnérables que d’autres, qu’il s’est illustré. Une voie jalonnée, depuis 1989, par six publications dans la revue Science, et quelques autres dans PNAS et Nature Neuroscience.« Le docteur Piazza est, au plan international, un des experts les plus reconnus de la recherche en addictologie, estime le professeur Yavin Shaham, responsable des neurosciences comportementales du National Institute on Drug Abuse (NIDA), à Baltimore (Etats-Unis). Ses nombreux travaux publiés, issus de l’étude de modèles animaux, ont eu un impact notable sur l’orientation des recherches de ce domaine. » Travaux que Pier Vincenzo Piazza résume...





Structural-functional connectivity deficits of neocortical circuits in the Fmr1−/y mouse model of autism
Matthias G. Haberl , Valerio Zerbi, Andor Veltien, Melanie Ginger, Arend Heerschap and Andreas Frick

Abstract :
Fragile X syndrome (FXS), the most common inherited form of intellectual disability disorder and a frequent cause of autism spectrum disorder (ASD), is characterized by a high prevalence of sensory symptoms. Perturbations in the anatomical connectivity of neocortical circuits resulting in their functional defects have been hypothesized to contribute to the underlying etiology of these disorders. We tested this idea by probing alterations in the functional and structural connectivity of both local and long-ranging neocortical circuits in the Fmr1−/y mouse model of FXS. To achieve this, we combined in vivo ultrahigh-field diffusion tensor magnetic resonance imaging (MRI), functional MRI, and viral tracing approaches in adult mice. Our results show an anatomical hyperconnectivity phenotype for the primary visual cortex (V1), but a disproportional low connectivity of V1 with other neocortical regions. These structural data are supported by defects in the structural integrity of the subcortical white matter in the anterior and posterior forebrain. These anatomical alterations might contribute to the observed functional decoupling across neocortical regions. We therefore identify FXS as a “connectopathy,” providing a translational model for understanding sensory processing defects and functional decoupling of neocortical areas in FXS and ASD.





Connexions défaillantes à travers le cerveau, en cause dans certains troubles de l’autisme





À la douleur de la disparition brutale et dans des conditions barbares de proches ou de simples concitoyens, au profond sentiment d’effroi, de tristesse, d’impuissance et souvent de colère ressenti par les témoins de l’assassinat de plus de cent personnes, s’ajoute le risque de développer chez les victimes survivantes d’un tel trauma une pathologie connue sous le nom d’état de stress post-traumatique (ESPT).




Revue de presse
28/05/2015
Aelis Farma - Des médicaments pas comme les autres
    Afficher le PDF

Aelis Farma, une start-up de la région de Bordeaux, est en train de développer un traitement inédit et potentiellement très efficace contre l’addiction au cannabis.
Et elle a réussi à lever plus de 1,5 million d’euros en 2013 auquel viennent s’ajouter des prêts et des aides publiques pour un montant de 2,5 millions.
Les raisons de ce succès : la mise au point d’un type totalement nouveau de médicament qui pourrait permettre de soigner d’autres maladies.