Agenda & Actualités







Une étude de l’équipe Desmedt en collaboration avec PV Piazza & Lundbeck Lab.
Commentaire

Cet article montre (en collaboration avec le laboratoire Lundbeck) qu’une molécule connue comme anti-psychotique, le brexpiprazole, traite la mémoire traumatique chez la souris: elle bloque l’hypermnésie émotionnelle du trauma tout en améliorant la mémoire du contexte traumatique (déficitaire chez les sujets TSPT*). La mémoire traumatique est donc normalisée ainsi que la plupart des altérations d’activité au sein du réseau hippocampo-amygdalien sous-jacent. De manière assez remarquable, le papier montre aussi que cette molécule est plus efficace que des molécules classiquement utilisées dans cette pathologie (Prazosin, Excitalopram, Diazepam). Ces données pré-cliniques indiquent que le brexpiprazole pourrait constituer un nouveau traitement pharmacologique du TSPT en normalisant la mémoire traumatique.

* Trouble de Stress Post-Traumatique
Référence

Ducourneau E.G., Guette C., Perrot D., Mondesir M., Mombereau C., Arnt J. Desmedt* A. and Piazza* P.V. Brexpiprazole blocks Posttraumatic stress disorder-like memory while promoting normal fear memory. Molecular Psychiatry. 2020 Aug 19.
*co-last authorship.
doi: 10.1038/s41380-020-0852-z
Premier auteur

Eva Ducourneau
Equipe Marighetto/Desmedt
(« Physiopathologie de la mémoire déclaratarive »)

Contact
Aline Desmedt
Equipe Marighetto/Desmedt
(« Physiopathologie de la mémoire déclarative »)






Exercise craving potentiates excitatory inputs to ventral tegmental area dopaminergic neurons
Maria‐Carmen Medrano, Imane Hurel, Emma Mesguich, Bastien Redon, Christopher Stevens, François Georges, Miriam Melis, Giovanni Marsicano, Francis Chaouloff
Addiction Biology. 2020-10-05; :


Physical exercise, which can be addictogenic on its own, is considered a therapeutic alternative for drug craving. Exercise might thus share with drugs the ability to strengthen excitatory synapses onto ventral tegmental area (VTA) dopaminergic neurones, as assessed by the ratio of AMPA receptor (AMPAR)-mediated excitatory postsynaptic currents (EPSCs) to NMDA receptor (NMDAR)-mediated EPSCs. As did acute cocaine, amphetamine, or Δ9 -tetrahydrocannabinol (THC) pretreatments, an acute 1-h wheel-running session increased the AMPAR/NMDAR ratio in VTA dopaminergic neurones. To dissect the respective influences of wheel-running seeking and performance, mice went through an operant protocol wherein wheel-running was conditioned by nose poking under fixed ratio schedules of reinforcement. Conditioned wheel-running increased the AMPAR/NMDAR ratio to a higher extent than free wheel-running, doing so although running performance was lower in the former paradigm than in the latter. Thus, the cue-reward association, rather than reward consumption, played a major role in this increase. The AMPAR/NMDAR ratio returned to baseline levels in mice that had extinguished the cued-running motivated task, but it increased after a cue-induced reinstatement session. The amplitude of this increase correlated with the intensity of exercise craving, as assessed by individual nose poke scores. Finally, cue-induced reinstatement of running seeking proved insensitive to acute cocaine or THC pretreatments. Our study reveals for the first time that the drive for exercise bears synaptic influences on VTA dopaminergic neurones which are reminiscent of drug actions. Whether these influences play a role in the therapeutic effects of exercise in human drug craving remains to be established.




Soutenance
02/10/2020 14h00
Anna BEYELER Habilitation à diriger des recherches (HDR)

Habilitation à diriger des recherches (HDR)
https://u-bordeaux-fr.zoom.us/j/91070959303?pwd=TnJwYVc3TE1zT3RreHZneTNXOHorUT09
Date de la soutenance: 02/10/2020 - 14h00
Lieu: Neurocentre Magendie Digital Meeting


Hottopic
30/09/2020 10h00
Marianne AINCY from Herry's lab will give a presentation entitled 'Long-range projecting prefrontal inhibitory neurons control fear expression'

Hottopic
30/09/2020 10h30
Céline NICOLAS from Beyeler's lab will give a presentation entitled "Role of insular cortex circuits in a model of alcohol use disorder"


Luigi Bellocchio (Equipe Marsicano) et al. in eLife

Le cannabis est la drogue illicite dont l'abus est le plus répandu aux États-Unis et dans le monde. En outre, de nombreux États des États-Unis, ainsi que plusieurs pays dans le monde, ont légalisé l'usage médical et/ou récréatif du cannabis. Dans ce paysage de la consommation de cannabis en pleine expansion, d'énormes efforts sont déployés pour trouver des interventions innovantes permettant de réduire les méfaits potentiels du cannabis. Ici, nous avons étudié la relation possible entre les cannabinoïdes et l'autophagie, le processus d'"autodigestion" cellulaire programmée, et nous avons demandé si elle pouvait être liée au contrôle du comportement de coordination motrice, l'un des processus neurobiologiques les mieux établis sur lequel les cannabinoïdes ont un impact.

Nous avons montré que le Δ9-tétrahydrocannabinol, le principal ingrédient psychoactif du cannabis, altère l'autophagie et accumule la protéine P62 dans les neurones du striatum, une zone du cerveau qui joue un rôle clé dans le contrôle de la coordination motrice. Deuxièmement, nous démontrons que le renforcement de l'autophagie, soit par manipulation pharmacologique (avec la cible mammifère de l'inhibiteur de la rapamycine temsirolimus approuvé par la FDA) soit par intervention alimentaire (avec le tréhalose, un disaccharide naturel et non toxique), permet de sauver la déficience de l'autophagie striatale et de la coordination motrice chez la souris induite par le Δ9-tetrahydrocannabinol. En outre, nous apportons la preuve que les récepteurs cannabinoïdes CB1 situés sur les neurones de la voie striatale directe (stratonaire), en se couplant à la cible mammifère de l'activation de la rapamycine et de l'inhibition de l'autophagie, sont indispensables à l'activité de dyscoordination motrice du Δ9-tétrahydrocannabinol chez la souris.

Enfin, grâce à la manipulation génétique à médiation virale des neurones striatonigres, nous avons confirmé que la perturbation de la cible mammifère de la voie de la rapamycine, ainsi que l'augmentation de l'accumulation de P62 dans ces cellules, empêche complètement l'altération de l'autophagie striatale et de la dyscoordination motrice induite par le Δ9-tétrahydrocannabinol chez les souris.

Pris ensemble, ces résultats identifient l'altération de l'autophagie comme un lien mécaniste sans précédent entre les cannabinoïdes et la dyscoordination motrice, et suggèrent que les activateurs de l'autophagie pourraient être considérés comme des outils thérapeutiques prometteurs pour traiter certaines altérations comportementales provoquées par les cannabinoïdes.

Article

Inhibition of striatonigral autophagy as a link between cannabinoid intoxication and impairment of motor coordination. Cristina Blázquez, Andrea Ruiz-Calvo, Raquel Bajo-Grañeras, Jérôme M Baufreton, Eva Resel, Marjorie Varilh, Antonio C Pagano Zottola, Yamuna Mariani, Astrid Cannich, José A Rodríguez-Navarro, Giovanni Marsicano, Ismael Galve-Roperh, Luigi Bellocchio, Manuel Guzmán ; eLife 2020;9:e56811 doi: 10.7554/eLife.56811

https://elifesciences.org/articles/56811







Andreas Frick (Neurocentre Magendie) a reçu une bourse de recherche de la Simons Foundation Autism Research Initiative (SFARI).

Son projet:
L'expérience sensorielle atypique est une caractéristique essentielle des troubles du spectre autistique (TSA) et peut être fortement déterminante pour d'autres symptômes fondamentaux du trouble. Le traitement atypique de l'information sensorielle et les symptômes comportementaux associés liés à la perception du toucher sont très courants dans les TSA et exercent une forte influence négative sur la vie quotidienne. Néanmoins, il existe un manque surprenant d'études neurobiologiques traitant de cet aspect de la pathologie des TSA, ou essayant spécifiquement de cibler ce symptôme pour un sauvetage thérapeutique. En collaboration avec le professeur S. Heinemann (Friedrich-Schiller-Université de Iéna), ils explorent une nouvelle stratégie thérapeutique pour traiter les symptômes sensoriels des TSA.





Info générale
01/09/2020
Ils sont arrivés!

Le Neurocentre Magendie a coordonné l’achat d'EPI Le Masque Français pour 12 centres de recherche Inserm et 7 laboratoires Université de Bordeaux. Matériaux français, fabrication française à Meudon, circuits (relativement) courts… c’était plus qu’un Achat !




Info générale
31/08/2020
Rentrée à l'Université de Bordeaux

Les nouveaux étudiants en Neurosciences accueillis dans nos labos (en fait à la porte de nos labos, COVID-19 oblige...) pour leur rentrée à l'Université de Bordeaux. Merci aux anciens qui montrent la voie et à bravo à Neuro Bordeaux Asso pour l'organisation dans ce contexte particulier.




Revue de presse
25/08/2020
Interview d'Andreas Frick
    Afficher le PDF

Envie d'en savoir plus sur les troubles de la perception caractéristiques des pathologies du spectre autistique? Lisez l'interview d'Andreas Frick en page 25 du magazine de l'Inserm!