Les dernières actualités



Afficher par type



La date de naissance d'un neurone détermine sa fonction dans la mémoire

Influence of ontogenetic age on the role of dentate granule neurons. Tronel S, Lemaire V, Charrier V, Montaron MF, Abrous DN. Brain Struct Funct. 2014 Feb 9. ;

Plus de détails ici





Une collaboration entre spécialistes de la neurosécrétion et spécialistes des rythmes neuronaux dévoile l’importance du tempo en reproduction. Février 2014




Revue de presse
10/02/2014
Hippocampal neurogenesis
    Afficher le PDF

Neuroscientist Dr Nora Abrous is leading a team of researchers in
the quest to further knowledge of the neuronal basis of memory. The
group has already uncovered novel findings surrounding the role and
importance of generating new adult neurons in the hippocampus

International Innovation, published by Research Media, is the leading global dissemination resource for the wider scientific, technology and research communities, dedicated to disseminating the latest science, research and technological innovations on a global level. More information and a complimentary subscription offer to the publication can be found at: www.researchmedia.eu.






Des expériences sont menées sur l’impact dans le cerveau du tétrahydrocannabinol, un des dérivés actifs du cabannis, par les chercheurs du laboratoire de l'Inserm à Bordeaux (Gironde)





Pregnenolone can protect the brain from cannabis intoxication.
Vallée M, Vitiello S, Bellocchio L, Hébert-Chatelain E, Monlezun S, Martin-Garcia E, Kasanetz F, Baillie GL, Panin F, Cathala A, Roullot-Lacarrière V, Fabre S, Hurst DP, Lynch DL, Shore DM, Deroche-Gamonet V, Spampinato U, Revest JM, Maldonado R, Reggio PH, Ross RA, Marsicano G, Piazza PV.
Science. 2014 Jan 3;343(6166):94-8. doi: 10.1126/science.1243985





Deux équipes de chercheurs de l’Inserm « ont découvert qu’une molécule [la prégnénolone] produite par le cerveau constituait un mécanisme naturel de défense contre les effets néfastes du cannabis », rapportent l’AFP et France Info. Avec de fortes doses de cannabis administrées à des rats et des souris, les chercheurs ont réussi « à augmenter la concentration cérébrale de la prégnénolone dans leur cerveau et à bloquer les effets néfastes du principe actif du cannabis (le THC) qui agit sur des récepteurs cannabinoïdes (CB1) situés sur les neurones », explique l’agence de presse. Pier Vincenzo Piazza, qui a piloté l’étude, précise que les doses ingérées étaient « de l’ordre de 3 à 10 fois plus » importantes que celles auxquelles sont exposés les consommateurs réguliers de cannabis. Le chercheur explique avoir mis au point des dérivés de la prégnénolone « modifiés de manière à pouvoir être absorbés par l’organisme et ne pas évoluer vers les hormones stéroïdiennes ». Et d’ajouter espérer « pouvoir commencer les essais cliniques sur l’homme dans un an à un an et demi au minimum ». Selon lui, si l’efficacité des dérivés était confirmée, il s’agirait de la « première thérapie pharmacologique de la dépendance au cannabis ».

AFP, France Info, 02/01




Revue de presse
06/01/2014
Le cerveau à la base des addictions







Deux équipes de chercheurs de l’Inserm dirigées par Pier Vincenzo Piazza et Giovanni Marsicano (Unité Inserm 862 “Neurocentre Magendie” à Bordeaux) viennent de découvrir qu’une molécule produite par le cerveau, la prégnénolone, constitue un mécanisme naturel de défense contre les effets néfastes du cannabis chez l’animal. Comment ? En empêchant le THC, le principe actif du cannabis, d’activer pleinement ses récepteurs cérébraux, notamment le récepteur CB1 dont la sur-activation par le THC est responsable des effets intoxicants du cannabis. Grâce à l’identification de ce mécanisme, les chercheurs développent déjà des approches pour le traitement de l’addiction au cannabis.





La molécule produite par le cerveau permettrait de lutter contre les troubles de la mémoire ainsi que la perte générale de motivation selon une étude menée par des chercheurs de l'Inserm





Une équipe de chercheurs bordelais (Cyril Herry - Neurocentre Magendie) a identifié deux populations de cellules nerveuses impliquées dans la régulation des émotions. Une découverte qui pourrait révolutionner les traitements de l’anxiété.